Charles Bradley - No Time For Dreaming


Ceux qui l'ont vu partagé la scène du New Morning avec Lee Fields et Menahan Street Band ne me contrediront pas. Charles Bradley est un talent méconnu et sous-estimé. Son parcours musical ne fut pas aisé, il cumula pendant des années jobs alimentaires et concerts, jusqu'à ce qu'il croise Thomas Brenneck qui le signa immédiatement chez Dunham Records.
C'est donc avec impatience et appréhension qu'on a inséré le CD dans le lecteur.
Dès les premiers notes et de bout en bout, tout y est, les arrangements façon Daptones, la voix rugueuse du vieux Soulman. Magnifique, un pur bonheur.
Si No Time For Dreaming ne sera pas dans le top 5 de 2010, c'est juste parce que l'album ne sort que fin janvier 2011.
Alors pour patienter, voici un peu de Charles Bradley : de l'âme, des pleurs, de la sueur et du stupre.La preuve en musique ci-dessous

Charles Bradley - The Telephone Song